Le maréchal Giáp

Le 4 octobre 2013, Võ Nguyên Giáp, mourait à l’âge de 102 ans.

Chef de l’Armée populaire vietnamienne pendant la guerre d’Indochine menée pour l’indépendance de son pays et ministre de la défense du Nord Viêt Nam durant la Guerre du Viêt Nam, contre l’envahisseur américain.

Il est notamment le vainqueur, en 1954, de la bataile de Ðiện Biên Phủ, qui devait sonner la défaite et le départ des Français d’Indochine.

Mais plus qu’un militaire de talent le maréchal Giáp, autodidacte est avant tout le symbole de la lutte des peuples pour leur émancipation.

À la tête de l’Armée populaire du Viêt Nam, il a su montrer que quand un peuple tout entier lutte pour une juste cause, quelle que soit la puissance de son adversaire, ce peuple tôt ou tard remportera la victoire.

Le maréchal Giáp n’a pas fait cela tout seul et le peuple vietnamien a payé très cher, pour son indépendance et sa liberté, mais le génie de cet homme a grandement contribué à hâter l’heure de la victoire.

JPEG - 42 ko
1954, le général Võ Nguyên Giáp (debout) présente au président Hô Chi Minh le plan de la bataille de Diên Biên Phu

Plus qu’un militaire il est avant tout un homme politique qui a su mettre en œuvre une stratégie nouvelle fondée sur la guerre populaire, concept qui allie à la fois la puissance militaire à celle de la mobilisation de tout un peuple.
Grâce au peuple vietnamien, grâce au maréchal Giap, pour tous les opprimés de la terre, la bataille de Ðiện Biên Phủ et la chute d’Hanoï resteront à tous jamais le symbole que l’espoir existe.

Võ Nguyên Giáp est né au Viêt Nam en 1911, il est le fils d’un fonctionnaire. Il fait des études dans une école renommée, puis dans un lycée français de Hanoï. En même temps il est de toutes les manifestations contre la présence française. En 1930 il est emprisonné pour deux ans.

Au sortir de prison il reprend ses études à l’Université de l’Indochine à Hanoï. En 1937 il devient professeur d’histoire et adhère au Parti communiste vietnamien.
En 1939, à la déclaration de guerre, le Parti communiste vietnamien étant interdit par l’occupant français, il fuit en Chine. Sa première épouse, ne pourra pas le suivre et mourra en prison en 1941 et sa belle-sœur sera guillotinée par l’administration coloniale française.

En 1941 il participe à la création du Viêt Minh et est chargé par Hồ Chí Minh de l’organisation de la guérilla contre les Japonais en Indochine.

En 1944, il fonde l’Armée populaire vietnamienne.
À la fin de la guerre le Viêt Minh ayant largement contribué à la victoire contre l’occupant japonais, les vietnamiens réclament leur indépendance. C’est Võ Nguyên Giáp qui sera chargé des négociations avec le général Salan, alors commandant des forces françaises de l’Indochine du Nord. Les négociations échouent et en mai 1947 commence la Guerre d’Indochine, qui s’achèvera en mai 1954 par la bataille de Ðiện Biên Phủ qui entraîne la signature des accords de Genève en juillet 1954. Ces accords instaurent la partition du pays le long du 17e parallèle et la France quitte la partie nord du Viêt Nam.

JPEG - 110.6 ko
Võ Nguyên Giáp

En 1960, les combats recommencent au Sud Viêt Nam. À l’initiative du Parti communiste vietnamien, des heurts vont avoir lieu pour la réunification du pays et contre le gouvernement pro-occidental du Sud Viêt Nam. Chacun connait la suite : les Américains, au nom du danger communiste, vont peu à peu augmenter leur présence militaire dans le Sud- Viêt Nam jusqu’à devenir la puissance occupante. Impuissante à s’opposer à la guérilla du sud, l’armée américaine bombardera systématiquement les populations civiles du Nord Viêt Nam.

Cette guerre conduite par les américains sera le théâtre d’exactions inouïes, l’Amérique se rendant régulièrement coupable de crimes de guerre. Les bombardements au napalm auront des conséquences dramatiques sur les populations et l’environnement. Encore aujourd’hui les séquelles du napalm continuent de faire des victimes.

Durant les quinze ans que va durer cette guerre Võ Nguyên Giáp va y jouer un rôle déterminant. C’est lui qui dirige l’ensemble des opérations. Sur tous les fronts les américains vont être mis en échec. Incapables de résister à l’offensive vietnamienne ils quittent le pays. Le 30 avril 1975 les troupes vietnamiennes entrent victorieuses dans Saïgon.

Pendant toutes ces années la communauté internationale, s’était mobilisée pour soutenir le peuple vietnamien. Des manifestations monstres avaient été organisées y compris au États-Unis pour réclamer la fin de cette guerre.
Alors ce 30 avril, au-delà du Viêt Nam cette victoire fut ressentie comme la victoire de tous les peuples épris de justice et de liberté

En 1976, il participe à la réunification du Viêt Nam et devient vice-premier ministre du gouvernement de la République socialiste du Viêt Nam. Il démissionne du poste de ministre de la Défense en 1980.
En 1982, il quitte le bureau politique du Parti communiste vietnamien officiellement pour des raisons d’âge et de santé, mais il reste vice-premier ministre jusqu’en 1991. À partir de cette date Võ Nguyên Giáp vivra simplement dans sa maison de Hanoï. Il décède à l’hôpital d’Hanoï et sera enterré dans sa province natale de Quang Binh le 14 octobre.
Ainsi disparaissait celui qui fut l’un des combattants les plus illustres de la liberté.

Jacques Aubert